Sébastien Garçon, le chanvre à l’honneur

Thothestia - Salon de l'habitat sain Cusset

Focus sur un des exposants du Salon de l’habitat sain et du bien-être, Sébastien Garçon, 47 ans, artisan tailleur de pierres.

Sébastien, quelle est ta formation et tes expériences professionnelles ?

Je suis maçon et spécialisé en restauration du bâtit ancien. Je me suis formé et je suis assuré pour tous travaux en chanvre et chaux, dans le respect des règles professionnelles de la construction en chanvre. Je fais la promotion des matériaux biosourcés et du recyclage des matériaux.

J’habite Contigny (pays St Pourcinois), j’ai été formé uniquement sur chantiers et stages en entreprise avec des anciens en monuments historiques.

Je suis responsable CBPA Allier et co-président Auvergne-Rhône-Alpes.

Quel est la spécificité du chanvre pour l’éco-construction ?

J’utilise du chanvre local et je fais  la promotion du chanvre d’Auvergne, dans le cadre de la valorisation des déchets agricoles et du développement économique local, des circuits courts et du développement durable. Le chanvre chaux mis en oeuvre, rentabilise le bilan carbone et de plus, et d’après test du CEREMA : un béton chanvre chaux décomposé par broyage. La chevrenotte est réutilisable à 60 % et le restant est bio-dégradable (futur RT 2020).

Le chanvre est une plante de rotation, qui nécessite un apport d’engrais minimal, pas de désherbant, ni irrigation. Sa récolte se fait en 4-5 mois. Le rapport financier est non négligeable pour les producteurs en cas de temps compliqués et c’est aussi un nouvel agrégat pour remplacer les sables rivières et les graviers qui deviendront prochainement de l’or jaune : de plus en plus cher et rare. Le chanvre est un matériau d’exception.

Combien de chantiers faites-vous par an avec ce matériau ?

C’est variable, c’est suivant l’ampleur et la diversité de mes activités, mais je pense que c’est en moyenne entre 40 et 60 % du chiffre d’affaire en fonction des années (en comparaison, en 2008, c’était environ entre 5 et 8 %).

Est-ce que les particuliers connaissent ce matériau ? Comment le mettez-vous en avant ?

Les particuliers n’ont pas une vraie connaissance de ce matériau, ils se renseignent  sur le web où il n’y à boire et à manger. Généralement, pendant le rendez-vous, je leur apporte des arguments crédibles (expériences, répondre à toutes les questions et rester logique) pour les convaincre et aussi proposer d’autres alternatives que l’emploi de matériaux conventionnels.

Quelle a été votre plus belle réalisation ?

Toutes  les réalisations ont été appréciées.  Je dirais, deux enduits régulateurs thermiques par extérieurs et une vingtaine en intérieur, des ouvertures en pierre de taille, des sols en terre cuite… Mes réalisations font boule de neige et les gens me contactent parle bouche à oreille.

Qui sont vos partenaires ?

Mes partenaires sont des producteurs locaux et des fabricants de liant. Il faut qu’ils possèdent des certifications et une validation obligatoire.

Pourquoi participé au salon de l’habitat sain et du bien-être ?

C’est pour moi, naturel. Mon activité et mes convictions vont en ce sens. L’avenir du bâtiment passe par ce savoir faire et il est un devoir d’en faire la promotion par ces salons (plus crédible que les foires expos).

Le mot de la fin 

Le bio-sourcé a un bel avenir et nous devons réécrire l’histoire des 3 petits cochons à l’envers. Le progrès et le rendement du travail a tué le savoir faire ancien et la construction noble et saine. Il faut avoir le respect des anciens et transmettre le savoir aux génération futures.

Conclusion

Merci Sébastien de votre témoignage. Retrouvez Sébastien Garçon sur son stand et fera une intervention tant que représentant du CBPA, vendredi 20 avril, lors de la table ronde de 14h à 18h.